SNCF Connect : les TER sur la touche, les régions en colère (la gazette des communes)

L’article ci-dessous, transmis par la FNAUT dans le cadre de sa revue de presse du 23.10.2022, est extrait de la gazette des communes

Chargées des trains express régionaux, les régions se battent pour être connectées au réseau de la SNCF.

« Pourquoi, quand je veux réserver le TER de 8 h 03 demain il n’apparaît plus ? » écrit un internaute sur Twitter, capture d’écran du site SNCF Connect à l’appui, dans la torpeur de la fin du mois d’août. « Bonjour, notre site ne vend pas tous les trajets TER. N’hésitez pas à réserver ce trajet sur le site TER de votre région de départ », a répondu le profil ­officiel de SNCF Connect.

SNCF Connect, qui a succédé à Oui SNCF début 2022, est pourtant défini comme « le service tout-en-un des mobilités […] qui permet de trouver, réserver et gérer ses petits et ses grands trajets », selon un communiqué de presse paru fin janvier, qui insiste sur les possibilités offertes aux internautes pour planifier « tous les trajets de courte et longue distance, du premier au dernier kilomètre ».

Offres spécifiques

Contactée, la SNCF nous a répondu par écrit : « SNCF Connect permet d’obtenir des informations et de réserver son billet pour l’ensemble des TER circulant sur les lignes SNCF. Seules quelques offres spécifiques de certaines régions ne sont pas disponibles par le biais de l’appli­cation ou le site […], par exemple des titres de transport régionaux délivrés sur présentation d’un justificatif par les voyageurs […], des pass ponctuels liés à des événements comme des festivals ou des produits qui ne sont pas encore disponibles en version numérique […]. »

Une réponse qui semble assurer que tous les trajets réguliers ne peuvent être oubliés ou absents du système. Pourtant, Régions de France est loin de partager ce point de vue et a ri jaune en lisant ce tweet. « La distribution des titres de transport est évidemment un sujet de fond sur lequel on se bat depuis de nombreuses années », y réagit-on, confirmant que « certaines régions ne voient pas leurs autocars apparaître, tout comme certaines correspondances ou offres TER, parfois au profit des TGV ».

« La SNCF est une agence de voyages, elle est dans sa propre logique. Nous avons développé notre propre MaaS il y a cinq ans déjà pour viser une autonomie totale de la région concernant la maîtrise de la distribution de ses titres de transport via notre outil, Mobigo », témoigne Michel Neugnot, vice-président (PS) chargé des mobilités à la région Bourgogne – Franche-Comté (lire ci-dessous). « Dans le sillage de la régionalisation des TER et de la liberté tarifaire, chaque région doit se doter de son propre système et avoir des connexions avec les agences de voyages, que ce soit la SNCF, Trainline ou d’autres », ajoute-t-il.

L’élu mentionne par exemple les plaintes du maire d’Autun (13 000 hab.), dont la destination semble être à 4 heures 30 depuis Paris sur le site SNCF Connect, alors qu’il est possible de prendre un TGV pour Le Creusot, puis une navette Mobigo et y être en 2 heures 30.

Etude juridique

« Si l’on développe nos propres MaaS et que l’on s’assure des bons horaires, des bonnes correspondances et des bons affichages dans nos outils de recherche, nous devons aussi être vigilants à ce que des services comme SNCF Connect ou ­Trainline aient la même responsabilité et affichent toutes nos offres », indique de son côté Régions de France.

Il poursuit : « SNCF Connect doit-il respecter la LOM en tant que distributeur tiers de l’offre d’une autorité organisatrice de mobilités ou agence de voyages ? A-t-il une responsabilité dans la complétude de l’offre en termes d’équité ? » L’association a commandé une étude juridique à un cabinet d’avocats spécialisés afin de clarifier la situation : « L’enjeu est aussi de pouvoir, région par région, mieux contractualiser avec SNCF Connect et s’assurer qu’ils commercialisent l’ensemble de nos offres de façon neutre, non discriminatoire, par rapport à d’autres services. »

Laisser un commentaire