Dialogue territorial dans le cadre du projet LNOBPL (suite n°2)

Sachant que le dialogue territorial devrait prendre fin le 28 février 2022, voici la contribution/question du CODEF postée le 26 janvier 2022 sur le site lnobpl.fr (rubrique DIALOGUE TERRITORIAL (2021-2022) sous-rubrique VOS CONTRIBUTIONS).

Cette contribution fait suite à 2 questions posées par notre association d’usagers du train lors des réunions en distanciel organisées par la mission LNOBPL les 19 et 20 janvier 2022 à destination des acteurs socio-économiques et des associations de la Région Pays de la Loire et de la Région Bretagne :

N°131 – Jean-Luc LE BARON – 26/01/2022

 
Contribution du CODEF (Comité de Défense et de Promotion de la Desserte ferroviaire de Redon et du Pays de Redon)

Le projet de ligne nouvelle Rennes-Nantes passant par Redon constitue une avancée dans la mesure où il est de nature à permettre de mettre fin à la saturation constatée actuellement sur le tronçon Rennes-Redon. En effet, sur cet axe circulent tout à la fois des TGV dont peu s’arrêtent en gare de Redon, des TER directs Rennes-Nantes tangentant la gare de Redon mais ne s’y arrêtant pas et dont le nombre est passé de 13 à 19 depuis 2017, ainsi que des TER périrurbains Rennes-Messac Guipry eux aussi en augmentation. Ce qui laisse peu de place pour la circulation des TER « classiques » Redon-Rennes (AR) et induit une baisse préoccupante de la fréquentation voyageurs de la gare (PEM) de Redon.

Cela dit, en contrepoint, le tracé de la ligne nouvelle, tel que retenu actuellement et qui se traduit par le contournement de la gare de Redon, est source d’interrogations fortes quant au maintien des arrêts en gare de Redon.

Certes, page 21 du document de la médiathèque intitulé « l’essentiel de LNOBPL », il est indiqué que « le nouveau raccordement, en amont de Redon, étudié pour améliorer le raccordement déjà existant à Saint Nicolas de Redon, n’aura pas d’effet sur la desserte de la gare de Redon ».

Pour autant, nos réflexions nous conduisent à penser, au vu du projet de tracé :

1°) que la voie nouvelle prévue sera dédiée aux TGV et aux trains directs (les Rennes-Nantes) mais ne desservira pas Redon afin de bénéficier de gain de temps supplémentaire.
Le risque est donc majeur de voir le nombre de TGV s’arrêtant en gare de Redon, déjà pas très important, diminuer encore.
Partagez vous cette analyse ou bien considérez vous que cela ne remet pas en question la possibilité de desserte de Redon, à volume égal, pour les TGV qui s’y arrêtent déjà ?

2°) que ces aménagements (raccordements et ponts) maintiennent la possibilité de desserte actuelle de la gare pour les liaisons Rennes-Quimper, Nantes-Quimper et Rennes-Nantes en utilisant la seule voie actuelle.
Celle-ci serait alors libérée des sillons horaires occupés aujourd’hui par les TGV et autres trains directs (Rennes-Nantes notamment) et pourrait donc, par répercussion, bénéficier en théorie de davantage de circulations de TER ainsi que d’arrêts de ces trains régionaux en gare de Redon.
Mais cela suppose néanmoins qu’une condition soit réalisée, à savoir qu’il y ait en parallèle un renforcement de l’offre de trains du quotidien que sont les TER. Or, dans un contexte où des solutions alternatives au ferroviaire telles que le car ou le Taxirail sont avancées en ce moment par la Région Bretagne, quelles garanties existent en ce sens ?

Donc au final, sachant que les demandes fortes qui ont toujours été celles du CODEF restent les mêmes :

1°) améliorer la connexion avec la ligne SNCF Bretagne Sud menant vers Quimper et Brest

2°) améliorer la connexion SNCF de Redon avec Nantes grâce à la fonction de carrefour ferroviaire de la gare de Redon qui doit être confortée

3°) renforcer la liaison ferroviaire Redon-Rennes

pourriez vous nous indiquer en quoi, selon vous, l’éventuel futur contournement de la gare de Redon n’aurait pas d’effet sur la desserte ferroviaire de celle-ci ?

SNCF Connect : le transport conventionné devant le fait accompli ?

Vous trouverez ci-après la reproduction d’un article du Mobitelex 364 de la revue Mobilettre intitulé : « SNCF Connect : le transport conventionné devant le fait accompli ? » (transmission FNAUT du 26 janvier 2022) :

« La croissance très rapide de l’achat digital des titres de transport accroît le pouvoir des applis. Les autorités organisatrices peuvent gagner en visibilité de leurs offres, mais y perdre aussi quelques plumes« .

Un des participants raconte la rencontre de l’automne, mi-admiratif mi-dépité. Devant les VP transports des régions, Jean-Pierre Farandou vante avec énergie les bénéfices du futur SNCF Connect, au-delà de sa simplicité et de son efficacité. «Elle est œcuménique, et en plus elle rendra visibles vos offres routières», explique-t-il. Seuls quelques-uns, affranchis par des conseillers vigilants, comprendront qu’il faut regarder par-delà ces promesses. Quid de la propriété des données, de la souplesse de l’outil et des algorithmes ?

Quimper-Bordeaux : l’algorithme SNCF propose de longs parcours chers en TGV via Paris, plutôt qu’un mix de transport conventionné le long de la façade Atlantique

Prenons un exemple. Quimper-Bordeaux le 4 février. SNCF Connect propose une multitude de solutions TGV Quimper-Paris-Paris-Bordeaux, et, perdue au milieu d’elles, à 8h37, une combinaison TER-Intercités avec correspondance à Nantes, moitié moins chère. Une deuxième de même nature, en milieu de journée, n’apparaît même pas – parce que la correspondance est un peu supérieure à une heure ? De longs parcours en TGV via Paris, plus chers, plutôt qu’un mix de transport conventionné le long de la belle façade Atlantique : ainsi fonctionne l’algorithme SNCF Connect. Sur le site de la DB, le premier choix proposé est le mix TER/Intercités de 8h37…

Mobilettre cherche la petite bête ? En voilà une deuxième… Sur SNCF Connect, un trajet Creil-Lille en début de matinée est inaccessible en TER. Seul le trajet Creil-Paris en TER (départ 7h59) puis Paris-Lille en TGV (arrivée 9h48) est proposé, à 54,60 €. Alors qu’une rapide consultation des horaires TER indique un TER Creil-Amiens à 7h58 puis un Amiens-Lille en correspondance, arrivée 10h07 à Lille, soit seulement 19 minutes de plus, et au moins 20 euros d’économie (sans les réductions) ! Est-ce bien normal ?

Trop d’origines-destinations sont traitées en dépit du bon sens, et au désavantage de voyageurs et d’autorités organisatrices qui aimeraient bien que les trajets complexes soient mieux traités par la plate-forme SNCF unique – à savoir, que les combinaisons de trains ne soient pas autant en faveur du TGV.

Autre crainte, que la centralisation de la gestion de la plate-forme ne facilite pas la visibilité des offres tarifaires de chaque région, à l’occasion d’un festival local ou d’une compétition sportive. «Nous garantissons que nous continuerons à co-construire SNCF Connect avec les usagers et les autorités organisatrices», nous ont répondu Anne Pruvot, directrice générale de SNCF Connect & Tech, et Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, ce mardi lors de la présentation de SNCF Connect. A confirmer dans les faits, et par les exemples ».

Problématiques du TER breton

Le CODEF met en ligne ci-dessous 2 articles du dossier de presse publié le 23 janvier 2022 par le journal le Télégramme de Brest et de l’Ouest et qui illustrent les problématiques du TER rencontrées en Bretagne depuis la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse (LGV Ouest) en 2017. 

Il ressort sans ambiguité des témoignages des personnes interviewées (second article) que depuis les grands changements de 2017, il y a un problème de qualité et d’adaptation des dessertes aux besoins réels des usagers : 

https://www.letelegramme.fr/dossiers/les-trains-en-bretagne/le-ter-ce-reseau-hyper-social-23-01-2022-12908953.php

https://www.letelegramme.fr/dossiers/les-trains-en-bretagne/frequences-et-horaires-mal-adaptes-les-usagers-bretons-attendent-mieux-du-train-23-01-2022-12908770.php

 

A noter que selon un article du journal Le Monde du 18 novembre 2017 relayant un rapport de l’ARAFER (Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières), 9 voyageurs sur 10 en France utilisent des trains du quotidien (TER, trains de banlieue ou RER) alors que la moitié des sièges offerts l’est pour des voyages longue distance (TGV, Intercités, trains internationaux…)
 
 

Lettre ouverte de la FNAUT relative à la diminution de l’offre TER

Face aux difficultés que les usagers des TER rencontrent depuis plusieurs mois, en raison de la diminution de l’offre et des difficultés de production, la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) a souhaité porter à  la connaissance de la Direction TER de la SNCF, sous la forme de lettre ouverte, les mesures en matière d’offre, d’information et de dédommagements qu’elle estime nécessaire.

Le retour à une offre nominale est attendu le plus rapidement possible par les voyageurs afin que le taux de charge soit moindre et que leur confiance dans le transport public, particulièrement le TER, puisse être retrouvée.

Pour accéder à la lettre ouverte, bien vouloir cliquer sur le lien ci-dessous : 

https://www.fnaut.fr/lettre-ouverte-a-la-direction-ter-de-la-sncf-relative-a-la-diminution-de-loffre-ter/

Dialogue territorial dans le cadre du projet LNOBPL (suite)

Afin de pouvoir émettre un avis en toute connaissance de cause sur le projet LNOBPL (Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire), les questions suivantes ont été adressées par le CODEF le 6 janvier 2022 au Chef de la Mission LNOBPL :

« 1°) Dans le projet LNOBPL, où se situe précisément le lieu envisagé de connexion entre la la ligne Rennes-Nantes et la ligne Rennes-Quimper ? 

2°) Dès lors qu’il résulte du projet que la voie nouvelle dédiée aux TGV et aux trains directs contourne Redon, combien de TGV sont dès lors susceptibles de s’arrêter par jour en gare de Redon une fois le projet mis en oeuvre ?« 

Il est rappelé que La ligne Nouvelle Ouest Bretagne Pays de Loire fait l’objet d’une
concertation du 02/12/21 au 28/02/22 pour développer le réseau
ferroviaire d’ici 2050 : – Nantes – Rennes – Rennes – Brest
https://lnobpl.fr [1]
https://lnobpl.fr/sites/lnobpl.fr/files/telechargements/documents/mediatheque/L%27ESSENTIEL%20DE%20LNOBPL_2021-2022.pdf
[2]

Extrait du compte rendu du Comité de lignes Région Pays de la Loire du 30.09.2021

 

EXTRAIT DU TABLEAU DE SUIVI DU COMITÉ DE LIGNES DU 30 SEPTEMBRE 2021 (valant compte rendu) :

Question 1 : Ne pourrait-on réintroduire, comme cela était le cas avant 2017, 1 ou 2 trains sur la liaison NANTES-RENNES avec arrêt en gare de REDON ?   

Nous sommes persuadés pour notre part qu’avec des trains NANTES-REDON-RENNES et RENNES-REDON-NANTES aux horaires bien ciblés – et nous faisons référence ici entre autres aux ex trains Intercités – il y aurait un rebond de la fréquentation voyageurs du PEM de Redon. Il y a selon nous matière à capter une clientèle régionale et interrégionale d’usagers occasionnels,  notamment celle qui, pour différentes raisons, délaisse l’usage de la voiture.

Réponse de la Région Pays de la Loire : Le cadencement a redéfini les missions du train afin de les rationaliser et ainsi mieux organiser les correspondances entre services. L’optimisation en mission du maillage régional (comme les Redon- Savenay-Nantes) se retrouvent sur l’ensemble du réseau (exemples : Clisson, Ancenis, Sablé…). Redon est une gare importante du réseau car elle se situe à la frontière entre les Régions Bretagne et Pays de la Loire et permet la mise en correspondance des trains des deux réseaux. Les développements d’offres lui bénéficient à chaque fois, excepté pour les Rennes-Nantes directs qui visent un autre type de voyageurs

Information post-réunion – Evolution des fréquentations entre 2016 et 2019 en nombre de voyages (avant et après cadencement) pour la liaison Nantes-Rennes directe : 

– 2016 : 209.987 voyages

– 2017 : 239.755 voyages

– 2018 : 242.380 voyages

– 2019 : 283.842 voyages

La création de nouveaux trains directs entre Nantes et Rennes répond à un réel besoin : les fréquentations augmentent régulièrement

Question 2 : Demande de création d’un train de maillage interrégional entre Rennes-Redon et Savenay

Réponse de la Région Pays de la Loire : Les créations de Rennes-Redon relèvent de la compétence de la Région Bretagne

Question 3 : Liaisons ferroviaires vers la Bretagne Sud et retour

Le CODEF souhaite le renforcement des liaisons ferroviaires NANTES-REDON-VANNES-LORIENT-QUIMPER et dans l’autre sens entre la Bretagne Sud et NANTES et même au-delà (vers BORDEAUX, TOULOUSE, etc…). Nous considérons d’une part qu’il y a du potentiel sur ces dessertes et que d’autre part, le fait interrégional mérite d’être pris en considération.

Réponse de la Région Pays de la Loire : Il existe actuellement 4 allers-retours entre Nantes et Quimper (dont 1 prolongé jusqu’à Brest). La SRM (Stratégie Régionale des Mobilités) prévoit la création de services supplémentaires mais cela nécessitera des échanges avec la Région Bretagne. Par ailleurs, il est envisageable que des services privés (Services Librement Organisés) se positionnent sur les créneaux horaires restant disponibles.

Question 4 : Traitement des réclamations

Quel est le délai moyen de traitement, par Support National SNCF TER, d’une réclamation ?

Le contexte :                                                                                                                                                                        

1) Message transmis le 24.06.2021 par le CODEF à La Direction Régionale SNCF Pays de la Loire au sujet de l’annulation le 15 juin du TER au départ de la gare de Redon à 7h44 → suite à message au CODEF de la mère d’un usager de la ligne Redon-Pontchateau

2) Réponse d’attente de Support National SNCF TER du 28 juin 2021

3) Depuis (au 30.09.2021, date du Comité de lignes) : rien, toujours pas de réponse définitive

Réponse en séance : SNCF Voyageurs s’étonne de cette question car, après une période difficile avec les demandes de remboursement liées au COVID, le CRC* est à jour des réponses aux réclamations. Ne comprend pas pourquoi cette réclamation est remontée à un service national. Il faut contacter le CRC* au 0 800 210 800, basé à Nantes

Suite apportée à la réclamation :  Après nouvelle intervention du CODEF le 1.10.2021, une réponse nous a été apportée le 8.10.2021 par le Centre Relation Client (CRC) SNCF TER Pays de la Loire au sujet de la suppression le 15.06.2021 du TER au départ de la gare de Redon à 7h44 vers Pontchateau. Le 9.10.2021, le contenu de cette réponse était transmis par le CODEF à l’intervenante. Il figure dans la sous-rubrique “Réponses aux incidents” du présent site.