Article publié dans le journal Ouest France du 7 août 2018 : Entre Redon et Rennes, des trains plus rapides mais…

               Entre Redon et Rennes, des trains plus rapides mais…

Au centre, Jean-Luc Le Baron, président du Codef, entouré par François Gérard, vice-président, et Thierry Deplanche, membre du bureau et responsable de la communication.
Au centre, Jean-Luc Le Baron, président du Codef, entouré par François Gérard, vice-président, et Thierry Deplanche, membre du bureau et responsable de la communication. | OUEST-FRANCE

Après le communiqué de la Région Bretagne, fin juillet, le Comité de défense et de promotion de la desserte ferroviaire de Redon et du pays de Redon apporte sa lecture de la nouvelle offre proposée à partir du 27 août 2012.

Un communiqué avec un titre « ambigu »

Pas de doute, le Comité de défense et de promotion de la desserte ferroviaire (Codef) de Redon et du pays de Redon est toujours à l’heure pour agir et réagir.

Le 24juillet, la Région communiquait sur la ligne TER Vannes – Redon – Messac – Rennes, avec un titre « ambigu » pour le Codef: « Des trains plus nombreux et plus rapide dès septembre. »

Pour le premier wagon de cette phrase, tout va bien. « Il y aura un gain de sept minutes en moyenne entre Redon et Rennes, se réjouit Jean-Luc Le Baron, le président du Comité. C’est un vrai plus pour les usagers. » Mention spéciale pour le train de 17h35, qui ne mettra que 35 minutes, au lieu de 45, pour rejoindre Rennes. « C’est inouï. » L’amélioration fait suite à l’achèvement des travaux de signalisation engagés en 2016.

C’est avec le second morceau de la citation que ça se gâte.

Entre Redon-Rennes : pas plus de trains

« Quand nous avons lu le communiqué dans la presse, nous avons tout de suite demandé des précisions à la Région », raconte Jean-Luc Le Baron. La réponse ne se fait pas attendre: « Il y aura plus de trains à la rentrée pour certains trajets de l’axe Vannes-Rennes, comme la gare de Messac qui va retrouver des trajets supplémentaires le matin. » Résultat: « Pour Redon, ça ne change rien. C’est donc notre rôle de préciser les choses », glisse François Gérard, vice-président.

Côté horaires, ça grince aussi. « Ils sont quasiment identiques. L’inadaptation de la grille proposée aux besoins des abonnés SNCF ne peut que persister. De gros creux d’une heure et plus », que dénonce le Comité depuis la mise en circulation de la ligne à grande vitesse, existent toujours, notamment en soirée.

« Un petit progrès »

Le Codef reconnaît quand même un « petit progrès ». Il sera possible d’arriver avant 8 h à Rennes, ce qui n’était pas le cas. « Le train partait à 7 h 24 pour une arrivée à 8 h 01. Il partira à 7 h 21 pour arriver à 7 h 56 », précise Thierry Deplanche, membre du bureau, responsable de la communication.

En mars, Gérard Lahellec, vice-président chargé des transports en Bretagne, avait justement souligné, dans nos colonnes, l’importance de ces quelques minutes « dans l’organisation souvent tendue de nos vies privées et professionnelles ».

Conclusion du Codef: « En dépit de l’engagement oral de Gérard Lahellec, la situation ne s’améliore pas, sinon en termes de temps de trajet, mais reste identique concernant le nombre mais également la répartition des trains aux heures de pointe. Et elle n’est pas meilleure par rapport aux grilles horaires qui nous avaient été présentées en 2016, lors de notre réunion publique. »

« Un outil de développement »

Alors que l’inauguration du pôle d’échanges multimodal se prépare, le comité s’interroge. « Le caractère volontairement optimiste du communiqué de presse de la Région doit être tempéré. Les attentes fortes des usagers de la gare de Redon en termes d’amélioration des services ferroviaires demeurent. »

Le Codef, « premier défenseur de la gare de Redon depuis 1988 », aime rappeler que c’est pour cela qu’il « milite ». « Pour nous, le train est un outil de développement, insiste François Gérard. Économique, social, culturel… On est pour tout ce qui le favorise. C’est pour ça que nous sommes aussi tenaces. »

NOTA rédigé par le CODEF :
1) Le titre du communiqué de presse de la Région Bretagne du 24.07.2018, libellé comme suit :
« Ligne TER Vannes-Redon-Messac-Rennes
Des trains plus nombreux et plus rapides dès septembre. »
est ambigu en ce sens qu’il vise l’ensemble de l’axe Vannes – Redon – Messac – Rennes et non pas spécifiquement la ligne Redon-Rennes. Or, si le raccourcissement des temps de trajet vise bien la ligne SNCF Redon-Rennes, en revanche les circulations supplémentaires de trains concernent uniquement la ligne entre Messac-Guipry et Rennes ;
2) Il faut lire : “Mention spéciale  pour le train de 17h35, qui ne mettra que 34 minutes, au lieu de 37 (actuellement), pour rejoindre Redon“.

Laisser un commentaire