Avenir du PEM de Redon après l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes

 

Suite à la décision gouvernementale de ne pas réaliser le projet d’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes, l’Etat a promis l’amélioration des dessertes de l’Ouest, par le ferroviaire.

La Maire de Nantes a fait connaître qu’il importait désormais, outre la nécessaire augmentation selon elle du nombre de TGV quotidiens reliant Nantes à Paris, de renforcer les liaisons ferroviaires entre Nantes et Rennes.

A ce sujet, le CODEF martèle que la gare SNCF de Redon ne saurait être la variable d’ajustement d’une multiplication des liaisons entre ces 2 villes.

Le raccourcissement du temps de trajet entre les 2 grandes métropoles de l’Ouest, s’il est souhaitable, ne doit pas conduire, par un renforcement des liaisons directes entre Rennes et Nantes, à « shunter » et donc mettre sur la touche la gare de Redon.

Au contraire, celle-ci, carrefour ferroviaire unique en Bretagne – puisque, faut-il le rappeler, outre la ligne TGV Paris Rennes Redon Quimper, la desserte ferroviaire vers Nantes y met en relation la Bretagne avec le littoral atlantique et la vallée de la Loire – doit voir son rôle de plateforme d’échanges affirmé et valorisé.

Encore faut-il que les décideurs politiques et économiques locaux et régionaux relaient cette vision auprès de l’Etat.

Laisser un commentaire